MENA/ORPHELINS

A la recherche d’aide pour les mineurs arrivés sans leurs parents

Parmi les réfugiés arrivés d’Ukraine, plusieurs mineurs non accompagnés (MENA’s) ont été pris en charge par la Croix-Rouge notamment. Certains de ces mineurs n’avaient qu’un numéro de téléphone des parents griffonné sur la main.

Concernant la gestion de l’accueil des familles ou des mineurs étrangers non accompagnés, une série d’initiatives ont déjà été mises en place. Les organismes ou associations telles que ONE (service agrément familles accueil), DEI (défense enfants international), AISPN (association des infirmiers spécialisés en pédiatrie/néonatologie), MSF Belgique, Médecins du monde, CROIX rouge BelgiqueUNICEF Belgique… devraient bientôt s’entretenir pour coordonner au maximum leurs actions.

Du côté néerlandophone, Minor-Ndako offre des soins et un accompagnement adapté aux enfants, aux jeunes et à leur contexte dans une situation problématique. Ils sont particulièrement actifs pour l’accueil des mineurs ukrainiens. L'« Organisatie voor bijzondere jeugdzorg (OVBJ) » peut également être contactée pour un hébergement d’urgence des mineurs ou pour un accompagnement global. Enfin, l’association Solentra (liée à l’hôpital UZ brussel) propose, en sa qualité d’expert en psychiatrie transculturelle, des soins et une aide psychologique à de jeunes réfugiés et enfants migrants ainsi qu’à leur famille.

Par ailleurs, un groupe Facebook dédié à l’aide aux mineurs a été créé :
› Groupe Facebook privé officiel de l’aide aux mineurs ukrainiens : « Associaton of hosting families for orphans »
› À lire aussi : Enfants et ados ukrainiens réfugiés à Bruxelles : comment les aider ?

 

En collaboration avec