News

Le premier centre d'accueil collectif pour réfugiés ukrainiens en Région bruxelloise est une réalité  

18/07/2022

Le Gouvernement bruxelloise, à ’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, a mandaté le Samusocial, la Plateforme citoyenne et Communa pour accompagner des structures d’hébergement collectif semi-autonomes pour réfugié·e·s ukrainien·ne·s. La première structure, gérée par le Samusocial, accueille des familles depuis le 4 juillet dans un hôtel bruxellois.  
 
Depuis mars 2022, la crise ukrainienne a déplacé plusieurs millions de réfugié.e.s dont plus de 50.000 ont enregistré une demande de protection temporaire en Belgique. Après une forte mobilisation citoyenne pour l’accueil des Ukrainien.ne.s, il est aujourd’hui temps de créer des solutions d’accueil durable, qui puissent être le complément, et le relais de l’hébergement en famille. 
 
En effet, la guerre se poursuivant sur le territoire urkrainien, la Région bruxelloise, comme la Belgique, doit être en mesure d’accueillir les ressortissant.e.s ukrainiens en plus grand nombre et pour une durée plus longue par l’ouverture de structures collectives. 
 
Ces arrivées mettent une pression supplémentaire sur la capitale, qui accueille déjà de nombreux nouveaux arrivants, parmi lesquels des demandeurs d’asile et des personnes sans papiers.
 
Pierre Verbeeren, coordinateur de la réponse Ukraine pour la région bruxelloise, pointe cet enjeu plus large : “La Belgique accueille, chaque année, un peu plus de 100.000 étrangers additionnels. Le défi n’est donc pas que ces arrivées exceptionnelles, liées à la guerre aux portes de l’Europe, mais bien l’intégration des primo-arrivants dans son ensemble. C’est, avec le logement et l’économie, « la » question bruxelloise.” 
 

Pour relever ce défi ambitieux, trois acteurs ont été mandatés par le Gouvernement: le Samusocial, la Plateforme Citoyenne et Communa. En association avec des représentant.e.s de la communauté ukrainienne, ces trois opérateurs, réactifs aux situations humanitaires d’urgence et spécialisés dans l’occupation temporaire de bâtiments, se sont lancés dans l’écriture complexe d’un nouveau modèle d’accueil. Reposant sur la participation et l’autonomie, ce modèle inédit vise à impliquer autant que possible les résident·e·s dans la gestion du centre : logistique des repas, création d’une école de devoirs, gestion d’une salle de lecture, organisation du travail socio-communautaire et du vivre-ensemble, nettoyage… L’intention est de pouvoir développer des programmes d’accueil dont le fonctionnement est précisé par et pour les résident.e.s, en fonction de leurs besoins, envies et savoir-faire.
 
La rénovation des bâtiments pour en permettre l’usage aux fins d’accueil collectif est assurée par les administrations et OIP bruxelloises, qui se sont associées dans un modèle collaboratif global inédit pour traiter toutes les problématiques de l’accueil : hébergement individuel, hébergement collectif, emploi, scolarité, accès à la santé et aux droits sociaux, et communication vers la communauté.  7 groupes de travail, présidés par des fonctionnaires dirigeants, regroupent toutes les administrations bruxelloises (au sens large : Région, Cocom, Cocof, VGC) compétentes, ainsi que les cabinets.  Le gouvernement met à disposition un budget de 77 millions d'euros pour l’accueil sur son territoire.  C’est le groupe de travail consacré aux infrastructures collectives, regroupant Citydev, la SAU, la SLRB, la Régie foncière du SPRB, et Urban, Perspective et le Siamu, qui travaillent d’arrache-pied pour aménager les bâtiments.
 
C’est le lundi 4 juillet que le premier centre d’hébergement collectif d’accueil de longue durée a été ouvert par le Samusocial au sein d’un hôtel situé dans le quartier de la Place du Luxembourg. La structure pourra accueillir jusqu’à 150 personnes. Il s’agit d’un hébergement durable, pour des personnes bénéficiaires de la protection temporaire et donc des droits sociaux y afférents. Moyennant le paiement d’une contribution mensuelle, chaque famille est accueillie en chambre privative avec sanitaires individuels. Des espaces collectifs sont prévus (salon, réfectoire, salle d’activités, etc.) et les repas seront préparés sur place. 


“Aux yeux du Samusocial, l’objectif de cet accueil collectif est multiple : tout en évitant l’augmentation de la population sans-abri à Bruxelles, il s’agit de créer une réponse structurelle au manque de solutions d’hébergement pour les populations précarisées. Nous pensons principalement aux personnes sans-abri et demandeuses d’asile, pour lesquelles nous cherchons chaque jour de nouvelles solutions d’accueil”, explique Magali Pratte, chargée de mission pour le Pôle Asile et migration de l’asbl.  
Dans les mois à venir, d’autres centres pourraient ouvrir leurs portes selon l’évolution des besoins. 
 
Les familles orientées dans les structures d’hébergement bruxelloises sont référencées par Bruss’help, l’organe régional de coordination de l’aide aux personnes sans-abri, qui assure le relais des demandes d’hébergement émises par les communes. 
 
Minister-Président Rudi Vervoort: « La solidarité avec une population dans le besoin est nécessaire. Avec l'ouverture de ce premier centre d'hébergement collectif, nous pouvons loger jusqu'à 150 personnes qui ne trouvent pas de place sur le marché locatif ou dans les circuits de l’hébergement individuel. Je tiens à remercier les équipes du Nouveau Samusocial et de citydev.brussels pour leurs efforts afin d'accueillir ce groupe vulnérable dans les meilleures conditions possibles. »